Pétrel de Nouvelle-Calédonie

L’oiseau qui a des raisons de crier

Petrel nouvelle caledonie

Une espèce protégée

Le pétrel est à la fois considéré comme accessible et mystérieux. Vous avez sans doute déjà croisé son chemin sur l’un des îlots de Nouvelle-Calédonie. On compte pas moins de 87 espèces de pétrels et puffins dans le monde. Cinq d’entre elles sont présentes sur le territoire calédonien :

  • Le Pétrel de Tahiti : près de 10 000 individus en Nouvelle-Calédonie
  • Le Pétrel de Gould : entre 5000 et 10 000 individus sur le territoire
  • Le Pétrel à ailes noires
  • Le Pétrel Fouquet : le territoire calédonien abrite près de 10% de la population mondiale
  • Le Pétrel Hérault

On estime à plus d’un demi-million, le nombre de terriers identifiés sur les îlots qui entourent le caillou. En Nouvelle-Calédonie, la population des Pétrels de Tahiti et Pétrels de Gould représente plus de la moitié des individus mondiaux, ce qui fait de notre terre un abri de choix qu’il est indispensable de préserver.

Source de l'image: Société Calédonienne d'Ornithologie

Deux pétrels sur le sable

On distingue facilement le pétrel

Le pétrel a un pelage sombre pour certains, une allure demie-boitante et un cri qui le distingue des autres espèces : un élan sonore presque inquiétant semblable à un bébé qui pleure, la nuit tombée. Ne vous est-il jamais arrivé de vous réveiller en pleine nuit par ces cris en pensant que c’était un nourrisson ? Ou d’être surprit par l’arrivée soudaine d’un pétrel attiré par votre feu nocturne ? Ou encore d’avoir peur d’être poursuivi par l’un d’entre eux au milieu d’un îlot à cause de l’éclairage de votre lampe torche ? Toutes ces petites péripéties arrivent fréquemment, ce qui fait de cet animal une espèce proche de l’Homme. Ce qui peut paraître follement hilarant est en réalité tristement inquiétant.

Les particularités de cet oiseau

La particularité des oiseaux marins en Nouvelle-Calédonie repose sur la formation de leurs pattes palmées, leur nourriture composée de poissons et leur migration en pleine mer durant la saison fraîche. Quand la chaleur revient, ils se nichent sur terre en colonie, ce qui réduit la proximité entre l’Homme et ces animaux.

Les principales menaces pour le pétrel

La présence de l’Homme ne semble pas l’effrayer, ce qui influence tristement la destruction ou la dégradation de son habitat. Il se plonge dans son nid souterrain la nuit venue, après avoir erré au large pour se nourrir. Creusés non loin des espaces de vie « humaine », lesdits terriers font l’objet de dégradation en raison du passage de l’Homme et des animaux. Justement, les espèces présentes sur son lieu d’habitat (rats, chats ou chiens) sont les premiers destructeurs des terriers de pétrels, expliqué notamment par la prédation de l’oiseau.

La pollution lumineuse, autre facteur de menace, désigne les éclairages artificiels diffusés durant la nuit. Cette lumière, largement diffusée dans les zones urbaines, peut s’avérer néfaste pour la faune avoisinante. Ce constat s’explique par le fait que les oiseaux, entre autres, sont attirés par l’éclairage massif et perturbe ainsi le déplacement de ces espèces sur leur route migratoire. Selon l’Observatoire de l’environnement en Nouvelle-Calédonie, environ deux cents pétrels sont secourus chaque année sur le territoire, dont une centaine à Nouméa. Outre le milieu urbain, l’éclairage des feux, des lampes torches et autres lumières artificielles peuvent influencer la désorientation des pétrels sur leur habitat naturel.

Leurs zones d’alimentation restent sensibles puisque la pollution des océans et la surpêche industrielle influencent négativement le mode de vie des pétrels sur le territoire.

Bébé Pétrel

Les périodes de reproduction

La période de reproduction intervient en été, entre le mois d’octobre et le mois d’avril, ce qui ne s’avère pas être la période idéale en raison de la présence humaine, en masse, pendant cette saison chaude sur les îlots concernés. Les sites de nidification occupent principalement les sols et les arbustes. On sait également que les pétrels et puffins utilisent les arbres, falaises, et herbes comme lieu de nidification.

Chaque espèce fait l’objet d’une attention particulière, notamment pendant cette période. Aujourd’hui, un individu pond en moyenne un seul œuf, ce qui explique le déclin de la population de Pétrels en Nouvelle-Calédonie. Après l’éclosion, qui intervient à partir du mois de janvier, les individus adultes élèvent le poussin pendant une période de 3 à 4 mois avant de les laisser partir pour leur premier envol. D’où la nécessité de ne pas perturber ce cycle durant la saison d’été sur les sites de nidification.

Zoom sur le plan « SOS Pétrels »

C’est la Société Calédonienne d’Ornithologie en Nouvelle-Calédonie qui est à l’initiative de cette campagne de sauvetage et sauvegarde des puffins et pétrels depuis 2007. Leurs missions : œuvrer à la connaissance de la faune et la flore de Nouvelle-Calédonie, la protection et la conservation des espèces.

Si vous aussi vous souhaitez soutenir le plan « SOS Pétrels », participer à la connaissance et protection des oiseaux endémiques à la Nouvelle-Calédonie en devenant bénévole, contactez la SCO au 83.89.40 ou par mail à sospetrels@sco.asso.nc.

 

Sources :
Endemia Nc
Bio Diversité Nc
New Caledonia Tv
Société Calédonienne D'ornithologie
Oeil Nc
Maison de la Nouvelle-Calédonie

Notez cet article

Vote
Vous en voulez plus